Le Made in France

Le Made in France

 

Le« made in France » est à la mode, est-ce la dernière lubie des marques pour nous inciter à acheter plus ? Ou est-ce une vraie démarche sociale et solidaire avec des produits de qualité à la clé ?

Vous l’aurez compris, chez Le Vent à la Française c’est la deuxième option qui nous intéresse.
A côté des marques à l’éthique douteuse, ou encore de celles qui se proclament made in France avec seulement une petite partie du produit qui l’est vraiment (plus de détails sur l’article des labels), nous avons fait le choix du 100% fabriqué en France.
Ce n’est pas une prise de position anodine, nous sommes convaincus que nous pouvons faire changer les choses, vers une mode plus responsable socialement, économiquement et écologiquement.
Nous allons vous expliquer pourquoi la fabrication française est primordiale pour nous.

 

La qualité avant tout !

Nous avons choisi de fabriquer dans l’hexagone car le Fabriqué Français est synonyme de qualité. Mais surtout, nous pensons que travailler avec des ateliers proches géographiquement est bénéfique pour tous.
Et c’est ce que nous faisons !
Par exemple, nous sommes à 10 min en voiture de notre atelier d’assemblage et d’expédition de nos bracelets. Cela nous permet de régulièrement nous rendre sur place pour vérifier que nos standards de qualité soient respectés. C’est aussi pour échanger avec Bernard, responsable de la production à l’ESAT Pierre Doussinet, un établissement médico-social visant à promouvoir la réinsertion professionnelle de personnes en situation de handicap.
Le dialogue est ininterrompu entre l’atelier et notre marque et cela crée un climat de confiance mutuelle.



La carte de nos fournisseurs issue de notre site internet

Nos collaborateurs sont aussi des partenaires, une relation saine est primordiale pour une entreprise pérenne. Nous nous soucions du bien-être des ouvriers, et ceux-là nous le rendent bien.  

Nous bénéficions d’un savoir-faire français centenaire dans la production textile et d’accessoires, même si ce dernier se raréfie, il est encore possible de soutenir l’économie de la mode en France et de contribuer à sa croissance. 


Photo issue de notre vidéo sur la production de nos pièces en bronze

Par exemple, nos casquettes 100% made in France sont produites dans des ateliers qui fournissent les plus grandes maisons de luxe françaises et nous sommes très fiers de pouvoir collaborer avec eux.
Nous arrivons à un tournant intéressant entre tradition et modernité. La nouvelle génération de producteurs apporte avec elle de nouvelles techniques de confection tandis que l’ancienne perpétue les savoirs ancestraux de la fabrication française.

 

Schéma de l’idée au produit final, chez Le Vent à la Française :

 

 

Un geste pour l’environnement

A l’ère du réchauffement climatique, de l’exploitation abusive des ressources et de la pollution des océans, le made in France et la consommation locale sont un excellent remède aux plus grands problèmes contemporains.

Evitons de retrouver toutes nos rivières comme celle-ci. 
 

Avec la fabrication française, pas de bateaux qui sillonnent les mers rejetant des métaux lourds dans l’atmosphère.
Moins d’avions brulant des tonnes de kérosène, car le produit final ne fait pas le tour du monde avant d’arriver chez vous.
Plus de transparence sur la provenance des matières premières.

Mais tout n’est pas parfait, il existe très peu de cultures de coton en France. La production made in France intégrale de la matière première au produit n’est pas une finalité. En effet, il y a des contraintes climatiques et certains savoir-faire que d’autres pays maîtrisent mieux que nous.
Il y a un juste milieu à trouver, chez Le Vent à la Française, nous ne sommes pas extrémistes. Nous souhaitons simplement un retour à une valorisation plus juste des produits, qui va dans le bon sens, celui de l’équité.

Repenser le modèle économique

La plupart des marques produisant à l’étranger font voyager leurs produits sur des milliers de kilomètres. Les produits finis sont vendus et revendus à des grossistes qui prennent une place importante dans la chaîne de valeur. Finalement c’est vous, le consommateur qui payez le tribut de cette industrie qui marche sur la tête.

Economie locale, circuits courts, prix justes, ce sont des concepts qui signifient des actions concrètes.
Ce n’est pas demain que la France deviendra un des pays producteurs majeurs d’avocats, de pétrole ou même de smartphones. Car nous avons des contraintes climatiques, de surfaces, de ressources et de savoir-faire.
Mais ce n’est pas le cas de la fabrication textile, la France est un pays producteur historique du secteur, inventeur du denim, l’ancêtre de la toile de jean telle que nous la connaissons, et illustre filateur de soie.
Même si la prospérité de ces industries n’est plus d’actualité, le savoir-faire français demeure et ne demande qu’à être soutenu.


L’industrie française de l’habillement : (chiffres de l’Insee)

 

 

En achetant des produits fabriqués en France, vous réduisez la perte de valeur qu’induisent les circuits longs. Vous soutenez des personnes qui consommeront la valeur produite en France et alimenterons l’économie locale : c’est un cercle vertueux.

Vous êtes d’ailleurs très nombreux à être solidaires de l’économie française selon ce sondage du guide du marquage d’origine de la direction générale des entreprises (DGE). Les mentalités évoluent et nous allons dans la bonne direction.

Sondage issue du Guide du marquage d’origine de la DGE.

 

Si l’on prend l’exemple du Vent à la Française, nous faisons travailler 10 corps de métiers et 42 personnes en moyenne sur chaque famille de produits. C’est une dynamique bienvenue dans les villes et villages qui ont souffert de la délocalisation.
Sur notre graphique ci-dessous (données de l’Insee) nous remarquons bien les effets de la délocalisation grâce à la courbe des effectifs salariés (en bleu) et les quantités croissantes d’importation (en rouge).

 

 

Nous n’avons pas de label Origine France Garantie car celui-ci est trop permissif. N’importe qui peut prétendre au label dès lors qu’il justifie de 51% de valeur ajoutée en France. C’est un bon début, mais nous préférons nous approcher des 100% et ne souhaitons pas laisser de flous ou d’imprécisions sur ce pourcentage. Vous pouvez d’ailleurs découvrir pourquoi nous n’avons pas de label certifié dans notre article sur les labels  ! 

Respecter les droits humains

Après l’écologie et l’économie, c’est la condition de travail des êtres humains qui est améliorée grâce au made in France. Nous avons la chance d’avoir des normes sanitaires, un salaire minimum décent, des congés payés, que certains pays d’Asie notamment, n’ont pas ou ne respectent pas.
Nous pouvons citer comme exemple le Rana Plaza au Bangladesh en 2013, une usine de textile aux conditions de travail déplorables qui a fait 1130 morts lors de son effondrement, les consignes d’évacuation des lieux n’ayant pas été respectées.


Photo de l’effondrement du Rana Plaza, regroupant plusieurs usines de production textile au Bangladesh
 

Ce genre d’évènement est inacceptable, et les grandes marques sont responsables de cette négligence.
Mais le consommateur n’y est pas pour rien.
Coluche (célèbre humoriste français) disait « Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achètent plus pour que ça ne se vende pas ».

Produire en respectant les personnes sur toute la chaîne de valeur à un coût, et ce n’est pas un t-shirt à 5 euros ou un bracelet à 3 euros qui offriront des conditions de travail décentes aux employés.

En conclusion, nous avons choisi et sommes fiers de produire en France. Cela nous permet d’accéder à des savoir-faire formidables et d’avoir une relation de proximité avec nos ateliers.

C’est un pas vers le respect de l’environnement, en réduisant les transports.
C’est un geste de solidarité pour notre économie locale.
C’est un signe d’engagement envers le respect des droits des travailleurs.

Nous espérons que vous en savez maintenant plus sur le made in France et pourquoi nous le défendons avec ferveur.

« Il n’y a pas de vent contraire pour celui qui sait où il va »  

L’équipe du Vent.


Partager :