L’histoire du Vent à la Française

L’histoire du Vent à la Française

Le début de l’aventure…

Tout a commencé autour d’un café, un après-midi, en septembre 2016.

Charles Tissier et Louis Chaumeil, à peine revenus de leurs vacances respectives, ont alors l’idée de créer des bracelets 100% made in France et décident de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

Mais quel voyage les a mené à ce moment précis ?

Revenons au tout début. Les deux futurs fondateurs du Vent à la Française sont des amis de berceau et grandissent ensemble sur leur terre natale auvergnate. C’est le début d’un long bout de chemin parcouru ensemble, autour de valeurs qu’ils partagent.
Certaines de ces valeurs, ils les acquièrent dans l’effort, en jouant au rugby depuis leur plus jeune âge. Charles et Louis développent leur esprit d’équipe et comprennent vite que « seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ». 

 

Après le Lycée, Louis part développer ses compétences à Tech de Co à Bordeaux et Charles étudie la gestion d’entreprise en DUT à Clermont-Ferrand. Avec un troisième ami qui a quitté le navire peu après le début de l’aventure, ils commencent à réfléchir à une idée et identifient les tendances du moment.

Les bracelets reviennent à la mode, le made in France gagne l’estime des français et la communication digitale semble être la clé du succès. 

Ils ont travaillé sur ce projet en parallèle de leurs études respectives et après de longues heures sur leur temps libre et une bonne dose d’abnégation, les premiers bracelets vendus furent une victoire avec beaucoup de significations.

Après avoir douté, et quelquefois échoué, l’expérience acquise et la persévérance les ont sauvés. Pourtant, les banques et les fournisseurs n’y croyaient pas, il ont eu du mal à être pris au sérieux et le choc générationnel s’est fait ressentir lors de l’amorçage du projet. 

C’est à ce moment là qu’un des membres de l’équipage quitte le navire, et que le soutien des proches et de la famille furent nécessaires. 

Mais finalement …

 

Première soirée de lancement, de nombreux compliments récoltés et 80 bracelets vendus ! Les deux amis savourent cette victoire ! Mais pour en arriver là, il a fallu faire des sacrifices. 

Ils ont investi tout leur temps (parfois même travaillé la nuit) et leur énergie pour développer Le Vent à la Française en auto-financement, sans avoir recours à un prêt ou une levée de fonds.

 

Pourquoi « Le Vent à la Française » ?

L’objectif de Charles et Louis est de faire voyager le made in France. Ils sont allés chercher dans la symbolique du voyage, la rose des vents, dont les branches permettent aux marins de se repérer.
Le nom est venu ensuite, Le Vent, car c’est le moteur du voyage, qui souffle dans les voiles des bateaux. Si on ajoute la fabrication française, on obtient « Le Vent à la Française », et ce nom leur a tout de suite beaucoup plu. 

Ils ont défini leur façon de travailler, 100% fabriqué en France ou rien ! Pour rester fidèles à leurs valeurs, ils ont pris plusieurs engagements. 

Le Made in France d’une part, vous retrouverez les raisons de ce choix dans cet article, qui permet de proposer de la qualité et de soutenir l’économie locale. 

La démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), en collaboration avec l’ESAT Pierre Doussinet de Romagnat. C’est un lieu et une entreprise que les deux amis connaissent bien, ils s’y sont rendus avec leur équipe de rugby étant petits pour prêter main forte aux personnes en situation de handicap travaillant sur place. Ce sont eux qui confectionnent et expédient les bracelets commandés sur notre site internet, depuis Janvier 2017. 

« Cette collaboration est une expérience incroyable, c’est une véritable démarche humaine qui a du sens pour nous » racontent Charles et Louis. 

Depuis Janvier 2019, une plateforme de dons a été mise en place sur le site internet pour soutenir deux associations, La Ligue Handisport AuRa et la SNSM dont les problématiques nous touchent particulièrement. 

Ces engagements font partie de l’image de notre marque, ce sont évidemment des arguments marketing mais qui ont un sens. Ce sont des actions concrètes qui reflètent les valeurs que nous souhaitons partager et inscrire dans la durée.

 

La suite de l’aventure

Le succès de la marque est surtout dû à la communauté que Le Vent à la Française a su rassembler sur les réseaux sociaux. Nous partageons les photos amateurs prises par nos followers  aux quatre coins du monde, bracelets au poignet.

C’est vous, notre communauté qui êtes les créateurs de contenu (à 80 %). Nous vous sollicitons régulièrement dans des sondages et écoutons vos envies, comme pour les casquettes 100% made in France pour lesquelles nous avons reçu 750 demandes. 

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous rejoindre !

Graphique représentant l’évolution du nombre d’abonnés sur Instagram

 

Grâce à votre engouement, nous avons recensé 30 000 clients la première année avec une centaine de commandes par jour. Fort de ce succès, nous avons lancé des bonnets dans plusieurs coloris, puis des chaussettes. 

Cette évolution logique nous amène vers un vestiaire 100% made in France, de la tête aux pieds ! 

Notre notoriété naissante nous a permis de participer à plusieurs évènements passionnants comme le Challenge Altigliss, la Course Croisière EDHEC ou encore le Salon du made in France (où nous serons aussi présents en 2019 !).

Ces rassemblements nous permettent d’accroitre notre visibilité mais surtout de vous rencontrer.

 

Aujourd’hui 

Deux ans et demi après le départ de cette folle aventure, nous enrichissons notre catalogue de produits, agrandissons l’équipe et multiplions les projets !

Nous proposons maintenant des casquettes 100% made in France, ainsi que des sweats et des t-shirts.

La barque est devenue un petit navire avec 8 collaborateurs à son bord, tout le monde partage les même valeurs et l’envie d’aller loin ensemble. 

Yann a rejoint le duo sept mois après le lancement, il est en charge des relations fournisseurs et du service client, c’est lui qui s’occupe de vous au téléphone ! 

En septembre 2018, Antoine et Pierre sont arrivés pour un contrat en alternance, ils sont respectivement chargés de la communication/évènementiel et du développement commercial BtoB.

Dans l’ordre, Pierre, Louis, Yann, Charles et Antoine

Enfin, nous avons accueilli Louis, Marlène et Elise, tous les 3 stagiaires, en développement commercial, graphisme et communication-marketing. 

Avec tous ces matelots surmotivés pour vous proposer toujours de meilleurs produits, nous pouvons également développer des projets exclusifs, comme notre collaboration avec Romain Bardet.

Nous continuons cette aventure avec plaisir et nous vous tiendrons au courant des nouveautés sur les réseaux sociaux ou sur le blog du Vent ! 

 

« Il n’y a pas de Vent contraire pour celui qui sait où il va »

L’équipe du Vent.

 


Partager :